×

Erreur

You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MySQL server version for the right syntax to use near 'AND (a.language = "*" OR a.language = "fr-FR") ORDER BY RAND() LIMIT 10' at line 3

 

 

Préambule :

Transformisme et travestissement sont étroitement liés du fait que de nombreux numéros transformistes sont basés sur des personnalités féminines.

L’erreur à ne pas faire consiste à faire l’amalgame du transformisme et du travestissement :

Le transformisme est un art, un métier de spectacle, le travestissement est uniquement le fait de porter des vêtements et de se maquiller de façon à ressembler à une femme.

D’une certaine façon, le transformisme est la théâtralisation (donc artistique) du travestisme.

L’imitation des femmes a toujours existé tout au long de la civilisation humaine et s’est répandue dans toutes ses différentes cultures.

 

CHER par Geneviève - artiste transformiste

*Source Wikipédia :

*Le terme transformisme désigne deux arts scéniques distincts de personnification  : dans son acception la plus ancienne, c'est l'interprétation notamment de rôles féminins par des interprètes masculins; plus récemment, le transformisme réfère au changement très rapide du costume scénique.

Personnification de rôles féminins

Le transformisme traditionnel remonte en occident à la plus haute antiquité grecque , avant de renaître au Japon sous la forme des Onnagata du théâtre Kabuki et en Angleterre de l'ère élisabéthaine, des Female impersonators ou DRAG, acronyme de Dressed As Girl, ancêtre des drag queen des boîtes et cabarets de la fin des années 60 à la fin des années 90.

yarō kabuki - Japon

Changement rapide de costume

Le transformisme a plus récemment désigné l'art de changer de vêtements en un laps de temps très court (quick change en anglais). Des artistes de théâtre ou de cabaret, spécialisés dans de tels spectacles, sont désignés comme transformistes.

Leopoldo Fregoli et Arturo Brachetti sont deux de ces artistes. 

Arturo Brachetti - un maître du " quick change "

 

La littérature et l’histoire Romaine font état d’une multitude de travestissements tandis que dans de nombreuses cultures amérindiennes les « berdaches » travestis (Indiens d'Amérique du Nord, hommes, habillés en femme qui avaient des occupations de femmes et étaient respectés en tant que prophètes et voyants qui étaient capables de voir le monde à travers, à la fois des visions masculines et féminines).

Les hommes se sont habillés en femme pour jouer sur scène depuis des centaines d’années, cela remonte au 13 ème siècle quand l’église a interdit aux actrices de se produire mais a toléré que des hommes et des garçons portent des vêtements du sexe opposé. On peut retrouver des aspects du travestissement au tout début de l’art théâtral et dans le monde entier, notamment en Chine et au Japon.

En Inde, de nos jours, des hommes qui choisissent de vivre et danser comme des femmes sont considérés avec un respect religieux particulier.

  

LES DEBUTS DU TRANSFORMISME

 

 

L’art du transformisme s’est particulièrement développé au 16e siècle. Un acteur était sur la rue et changeait de veste. Ensuite, il y a eu la commedia del arte (en Italie): deux ou trois personnes faisaient des transformations particulières. Un des personnages était poursuivi par son patron et pour se sauver, il se cachait dans une caisse. Tout de suite après, le patron ouvrait la caisse et trouvait le polichinelle à la place. Donc, l'acteur se jetait pratiquement dans le costume de polichinelle et changeait de masque.

Leopoldo Fregoli est un des plus célèbre transformiste et acteur, initiateur véritable de cet art, toujours prêt à transformer sa voix ou son visage sa tenue vestimentaire (costumes multiples) pour incarner n’importe quel personnage et avec une telle rapidité de changement qu’il laissait son public sans voix.

Il faisait environ 80 transformations dans une soirée, au sommet de sa carrière. 

Quoique le travestisme, terme inventé par Magnus Hirschfeld en 1910 et dérivé du latin « trans » et « vêtir », soit pratiqué par des hétérosexuels, la représentation artistique du travestissement en femme (transformisme) est particulièrement associé à la culture gay. 

Bien que le fait que la plupart de ceux qui se travestissent soient des hétérosexuels qui sont fétichistes de l’habillement féminin, le transformisme par contre est depuis fort longtemps un aspect traditionnel de la culture gay.

Ces dernières années le travestissement a été témoin d’une renaissance largement répandue. S’inspirant d’une tradition cinématographique popularisée par Tony Curtis et Jack Lemmon dans «Certains l’aiment chaud , Dustin Hoffman et Robin Williams qui ont connu un large succès. Le film sortie en 1994 a connu également un large succès dans le monde.

Madame Doubtfire par Robin Williams

 

    L’acteur « John Waters » à aussi marqué le transformisme, notamment dans le film « Pink Flamingos » ou il interprétait « Divine »,de même que Coccinelle, la première transsexuelle française a marqué d’une certaine empreinte le milieu transformiste. Bamby également transsexuelle a marquée le monde des transformistes. Guilda vêtu de toilettes féminines extravagantes, il imitait parfaitement l'une ou l'autre des femmes-types de ce milieu.

Guilda

 

De la même manière, la musique a été profondément influencée par la culture drag-queen et travesti depuis David Bowie et le « Rocky Horror Picture Show » (années 70) jusqu’à Boy George(années 80) et RuPaul (années 90).

Si l’on part de la tradition remontant à l’Age d’Or du travestissement sur scène, pendant le règne d’Elisabeth I et Jacques I d’Angleterre jusqu’aux groupes grunges américains (Kiss, Alice Cooper, etc…) portés sur le goût du travestissement et/ou de l’androgynie, on retrouve cette tendance au travestissement à travers de nombreuses catégories de spectacles et de divertissements.

 

Les drag-queens :

  

La principale différence entre la/le drag-queen et le transformiste, réside dans le fait que le drag-queen ne cherche en aucun cas à imiter, ressembler à une personnalité (du cinéma ou de la chanson) comme le fait le transformiste (base artistique principale du transformisme).Le/la drag-queen est un personnage volontairement extravagant autant par sa tenue vestimentaire (costume, perruque, chaussures, maquillage...) que comme dans son comportement. Le/la drag-queen fait typiquement des numéros visuels basé essentiellement sur des musiques contemporaines (dance, techno, etc...).

 

Rupaul - célèbre drag-queen

 

Le phénomène « drag-queen »notamment en France au début des années 90 a aussi marqué le grand public par cette volontaire extravagance de ces personnages « drag-queen » qui par leur comportement, accoutrement : costumes, perruques, maquillage et surtout leurs immenses chaussures, faisaient littéralement penser à des créatures venues d’un autre monde ; on peut dire, d’une certaine façon, que le phénomène « drag-queen » a été une mode plutôt commerciale durant ces années 90.Actuellement, le phénomène drag-queen est de nouveau à la mode dans certains pays.

Cependant les personnages et artistes drag-queen, même s’ils sont moins présents actuellement (en France) au niveau scénique et médiatique, n’en restent pas moins des artistes à part entière et méritent d’être considérés comme tels.

Le transformisme de nos jours :

De nos jours, le transformisme est largement assimilé au monde du spectacle, popularisé par des Etablissements tels que les établissements parisiens « Chez Michou », « Madame Arthur » ou par des personnalités telles que Arturo Brachetti, Marie Thérèse Porchet,etc…

 

Michou - célèbre patron du cabaret qui porte son nom , à Paris - Montmartre

 

La télévision et certaines émissions à grande audience et le cinéma ont contribués à faire connaître l’art, le métier de transformiste au grand public en invitant des artistes ou en les produisant devant des caméras ; parfois des personnalités médiatiques se sont elles-même travesties pour les besoins de leurs émissions (Patrick Sébastien sur TF1, animateurs de Canal +, etc…).

De-même, les humoristes et imitateurs utilisent parfois pour les besoins de personnages qu’ils incarnent, la ressemblance par le travestisme ou le transformisme : Elie Kakou (aujourd’hui décédé), Michel Leeb, Elie Semoun en sont des exemples « grand public ».

Conclusion :  

Le transformisme et ses spectacles transformistes restent tout de même un domaine particulier et méconnu du grand public…

Ce présent site à été conçu pour faire connaître ce métier, cet art du transformisme, ses artistes au travers de liens divers, de photos, car c’est un sujet peu connu et peu abordé sur la « toile » (Internet)…La plupart des sites existant sont à but commercial et n’abordent que superficiellement le phénomène du transformisme.

Nous espérons que ce site vous permettra de découvrir un peu plus ce monde du spectacle qui malgré son manque de notoriété existe bien et contribue à faire vivre des passionnés, des artistes, des établissements à travers le monde, faisant ainsi plaisir à un public croissant et de plus en plus averti…